Vous êtes ici : Agence Presse » Droit et Finance » Le PTZ+ absorbera la hausse des taux des crédits attendue pour 2011 ?

Le PTZ+ absorbera la hausse des taux des crédits attendue pour 2011 ?


Après une période de taux bas à partir de septembre 2010, la hausse des taux a débuté dès la fin de l’année 2010, en France. Cette hausse a débuté avant la signature des Accords de Bâle III qui modifient quelque peu le financement des banques. Ces accords, signés plus tôt cette année, doivent permettre aux banques de mieux résister aux prochaines crises financières et ainsi mieux assurer la stabilité des marchés à l’avenir. Pour autant, ces changements, bien que non immédiats, ont une incidence sur les coûts du financement bancaire. Il en résulte une hausse des taux des crédits immobiliers. Sur l’ensemble de l’année, cette augmentation des taux devrait se situer aux environs d’un point. Le Partenaire Européen note en conséquence un tassement de la demande, et donc une stagnation, voire une baisse des prix dans l’immobilier hexagonal.

Le Partenaire Européen : l'immobilier de particulier à particulier

Cette hausse a en effet une conséquence directe sur les prix. Les budgets des ménages ne peuvent être étendus à l’infini, même en rallongeant la durée de financement de leur première acquisition. C’est en effet les primo-accédants qui ont le plus recours au crédit immobilier, et sont donc en toute logique les plus touchés par cette hausse des taux. Ceci dit, le Prêt à Taux Zéro Plus (PTZ) lancé début 2011, ouvre ce dispositif à un plus large panel de ménages français. Il en résulte donc une compensation financière non négligeable. La hausse des taux va donc certainement être absorbée par ce nouveau dispositif sur tout le premier semestre 2011. En revanche, le dispositif aura moins d’impact au second semestre de l’année, la hausse des taux se poursuivant. Les ménages désireux d’acquérir leur premier logement devront donc revoir leurs ambitions en termes de prix d’achat à la baisse, d’où une baisse de la demande, et des tarifs. Bien entendu, le coût de l’argent n’est pas l’unique facteur régulateur des prix du marché, et des facteurs locaux, notamment, doivent être pris en compte. Aussi, si la stagnation et la baisse des tarifs de l’immobilier se verra surtout à la seconde moitié de l’année 2011, Le Partenaire Européen avertit qu’elle ne sera pas uniforme sur l’ensemble du territoire.

Le Partenaire Européen comprend d’autant mieux le marché de l’immobilier ancien que l’entreprise basée à Toulouse suit ce marché depuis 1992, son lancement. Elle propose des services d’aide à la prospection à destination des particuliers afin de leur faciliter la vente de leurs biens dans les meilleurs conditions sans commission ou frais d’agence.

VN:R_U [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)