Vous êtes ici : Agence Presse » Auto et Moto » Comment bien choisir sa moto école

Comment bien choisir sa moto école


Première étape : bien observer avant de s’inscrire

Même si la vérification du coût est importante, il faut aussi penser à ce qui est inclus dans le prix total. Il faut être prudent lorsqu’une moto-école propose une multitude de forfaits et bien comparer avant de se lancer.
Les prix affichés sur la devanture d’une moto-école ne prévoit pas toujours la somme globale que l’on devra dépenser au total pour obtenir le permis moto même si depuis la loi du 16/06/87 revue le 21/12/93 la moto-école est tenue de mentionner certaines informations dans le descriptif de l’ensemble de ses forfaits, à savoir :

-l’adresse
-le numéro d’agrément préfectoral
-les éléments inclus dans le forfait comme le nombre d’heures de formation, les frais de dossier…

Le descriptif doit préciser les dépenses supplémentaires qui ne sont pas comprises dans le forfait de base.

La totalité des prix doit être visible à l’extérieur de la moto-école. Un tableau doit informer sur le coût des cours de code, celui de l’inscription aux examens, le montant des différents forfaits offerts, les frais de dossier…
La propreté et l’état des motos souvent garées devant l’école peuvent aussi donner une bonne indication sur le sérieux de l’entreprise.

Pour une moto-école située en agglomération, il est bien de vérifier la distance du plateau par rapport à celle-ci. En effet, vous risquez une grande perte de temps si ce plateau se trouve loin de l’école. Ce temps sera déduit de votre forfait et vos heures de formation diminuées.

La piste du plateau doit être longue et large, propre et bien entretenue. Cela vous permettra de réduire les risques de chutes.

Chaque instructeur ne doit pas s’occuper de plus de 3 élèves à la fois. Il doit être attentif et accompagner le plus souvent possible ses élèves sur le circuit lent. Il est présent pour s’occuper de ses élèves et non pas pour discuter avec une autre monitrice. Tous ces points respectés aideront le futur conducteur à se préparer à l’examen dans les meilleures conditions et à s’habituer à la présence d’un passager lors de l’évaluation.

Le plateau ne doit pas être trop encombré. Trop de monde signifie beaucoup d’attente. S’inscrire au printemps ou à l’automne est un bon plan. En effet, il y a moins de postulants donc les places offertes pour les examens sont plus nombreuses.

Deuxième étape : savoir quelles sont les questions à poser

Il ne faut pas avoir peur de demander un maximum d’informations au moment de son inscription.

Quelle est l’expérience des différents instructeurs ? Un moniteur passionné sera sûrement plus performant.

De quelle façon va se passer le cours ?

Quel sera le temps de trajet pour se rendre de la moto-école jusqu’au plateau ? Le temps du forfait est souvent décompté dès le départ de l’école et dans ce cas le temps d’apprentissage du futur conducteur peut être fortement réduit.

Quel est le nombre d’inscrits à la formation moto ?

Quelles sont les possibilités d’inscription aux examens ? Attention aux attentes trop longues entre 2 sessions.

La moto-école propose-t-elle des stages de permis moto accéléré et à quel coût ?

Le plateau est-il réservé à une seule école? En effet, une moto-école peut partager son plateau avec une autre et dans ce cas l’attente peut être longue.

Combien de temps s’écoule entre la session du plateau et la session en circulation ? (moins de 2 semaines)

Pour débuter, y a t-il une possibilité de faire quelques essais sur une 125 cm3 ? Cela permet de s’adapter progressivement et de ne pas se sentir désorienté avec une moto trop puissante au départ.

Après la signature du contrat, vous devez obtenir un double mentionnant tous les détails du forfait. Attention de bien lire ce contrat avant de le signer car après ça, il ne sera plus possible de revenir en arrière.

Troisième étape : choisir le forfait le mieux adapté et signer le contrat

La meilleure formule est généralement le choix du forfait. Il est important de consulter tous les éléments inclus dans ce forfait. Il est impératif qu’il comprenne un minimum de 20 heures de formation réparties entre la conduite hors et en circulation. Il est bon de rencontrer et questionner d’autres élèves ayant déjà débuté la formation sur le déroulement des cours et sur la distance moto-école plateau afin de ne pas passer votre temps au milieu de la circulation plutôt que sur le plateau. En ville, de nombreuse écoles sont éloignées des plateaux et partent avec seulement 2 motos pour 4 futurs conducteurs.

Il est parfois plus prudent de s’inscrire dès le départ pour un forfait incluant 30 heures de formation. En effet, si il s’avère à la fin de cette formation que les 20 heures prévues dans le forfait initial sont insuffisantes, les heures supplémentaires risquent d’être plus onéreuses car elles seront facturées hors forfait.

Enfin, il faut aussi calculer le coût total en utilisant un forfait ou en achetant chaque élément un à un. Même si le forfait doit être plus avantageux, il ne faut pas que l’écart de prix soit trop conséquent.

VN:R_U [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)